keyvisual
 
 

Transfert vers l’AIR des Emissions Surfaciques. Développement et validation d’une cellule de mesure des émissions surfaciques pour mobilier et revêtements
2012-2014

 

Objectifs et contenu

Les diagnostics des émissions surfaciques des matériaux, revêtements, mobiliers ou autres objets liés à un bâtiment reposent sur des mesures en chambre ou en cellules d’essai en laboratoire sous des conditions environnementales contrôlées. C’est pourtant en grande partie les conditions in situ qui gouvernent les émanations gazeuses (effets synergiques entre les matériaux, colles et substances utilisées pour le nettoyage, incidence entre autres de l’ensoleillement, la température, ozonolyse, la ventilation…).

L’utilité de réaliser des mesures d’émissions in situ a été initiée par la loi du 12 juillet 2010, se référant à la qualité de l’air des Etablissements Recevant du Public et plus généralement à la préoccupation que constitue la qualité de l’air intérieur pour les populations. Le développement de la cellule de mesure TAIRES répond au besoin d’outils métrologiques pour discriminer sur site des sources internes de dégradation de la qualité de l’air intérieur.

Les caractéristiques du prototype de cellule TAIRES ont été déterminées à l’aide de modélisations CFD des écoulements et du transport des polluants pour différentes géométries de cellules et pour différents débits. Ce prototype a ensuite été testé en conditions maîtrisées pour des émissions de COV (linoléum) et de formaldéhyde (panneau aggloméré). La confrontation des émissions mesurées avec la cellule TAIRES (i) aux concentrations dans l’air intérieur, (ii) aux émissions avec d’autres dispositifs de et (iii) aux modélisations CFD de l’écoulement et du transport dans la pièce a permis de valider la pertinence du dispositif développé.

La cellule TAIRES permet :

  • le screening des émissions de COV afin de hiérarchiser les sources de la dégradation de l’air intérieur sur la base d’un indicateur global (une vingtaine de meures peuvent être réalisées sur une journée)
  • la quantification des émissions de COV et composés alkylés afin de faire le lien entre les émissions et la concentration mesurées dans l’air intérieur (analyses réalisées au laboratoire)

Ces deux prestations seront généralement combinées, avec dans un premier temps un nombre important de mesures de screening, et dans un second temps le prélèvement quantitatif sur une sélection de points de mesure.

 

Livrables

Aucun livrable public.

La cellule de mesure TAIRES est utilisée dans le cadre spécifique de prestations BURGEAP. Elle a d’ores et déjà été utilisée pour la recherche de source de COV conduisant à des nuisances dans un bâtiment tertiaire et pour la recherche de source de formaldéhyde dans une école.

 

Documentation

Les mesures in situ des émissions se réfèrent à la norme ISO 16000-10 (2006) pour les COV et de la norme MF M60-768 (2002) pour le radon.

 

Liens utiles

--

 

Partenaires du projet

 
 

 

Cofinanceur du projet

       

 


 Vous souhaitez nous contacter à propos du projet TAIRES ? Nous vous invitons à utiliser le formulaire de contact.